Forces et faiblesses des vampires 2 — Sang et autre nourriture.

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Gabrielle Syreeni dit :

    Très intéressant tout ça. Bien qu'il s'agisse de Ta vision des choses à quelques endroits.

    Et je continue à dire que le terme «végétarien» est mal employé. Pour une littéraire comme moi, entendre cela me donne des frissons dans le dos. Les créateurs de The Mascarade… auraient dû trouver un mot plus approprié ou au mieux l'inventer. «Végétarien», pour moi, renvoie nécessairement au végétal. C'est l'étymologie!! À la place, on pourrait dire « sang de seconde zone» par exemple.

    Au sujet des banques de sang, je sais que ça peut paraître un peu bizarre cette histoire. Dans Blade, le mécanisme semble pourtant bien géré par des serviteurs mortels qui pourraient devenir vampire s'ils servent bien leur maître.

    Ah oui! et en passant, «Annn» Rice ne s'écrit pas tout à fait ainsi. lol

    C'est vrai que dans Buffy, les vampires « malsains» sont portés à boire, alors qu'ils n'ont pas besoin de le faire. Tandis que pour Spike, il parle de poulet, mais ça fait longtemps qu'il ne peut plus en manger. Il rappelle simplement un souvenir de sa condition mortelle, je crois.

    ReAh oui! il faut que je te dise, pendant qu'on y est, que les Succubes/Incubes (j'avais lu ça dans un de tes précédents billets) n'ont rien avoir avec les vampires. Ce ne sont pas des morts ambulants, mais des esprits. Ils fonctionnent autrement que les morts-vivant, ils ont un autre rythme.

    Et puis, les « vampires psychiques» ça existent dans la réalité. C'est un surnom, ce ne sont pas réellement des vampires. Ce sont des personnes qui, inconsciemment, aspire ton énergie – rappelant ainsi les activités de la créature. Une fois avoir quitté ce « vampire », tu as l'impression d'être épuisé alors que tu n'as rien fais. C'est psychique. Une forme de psychokinésie.

    Note : il semble que tu t'appuies essentiellement sur des vampires filmiques. Mais tu sais qu'il en existe d'autres, en littérature et probablement aussi au théâtre. Le cinéma est souvent fait pour exagéré les aspect ou les rendre superflu tandis que dans la littérature, chaque élément a sa raison d'être et son explication. Tiens, tu devrais jeter un oeil à Je suis une légende de Matheson, tu y trouverais ton compte.

  2. Gabrielle Syreeni dit :

    Excuse d'avoir écrit un si long commentaire, mais tu en dis long toi-même chaque fois que tu publies un billet. 😉

  3. Philippe Roy dit :

    Je comprends ton problème avec le mot «végétarien», mais je crois bien que des vamires pourraient utiliser de tels termes dans leur slang. De tels mots existent dans notre langue, comme «homophobe», qui étymologiquement exprimerait exactement le contraire de ce qu’il dit (crainte de ce qui est semblable). Ceci dit, je ne l’emploie pas dans mes romans.

    Pour les banques de sang, tu donnes un exemple qui illustre mon propos: c’est compliqué que le diable. J’ai beaucoup de mal avec les infrastructures complexes d’humains serviteurs, parce que, à n’importe quel moment, un d’entre eux peut laisser échapper quelque chose, parler, craquer. Il y a des exceptions ou cela a un certain sens. Dans «Being Human» (la série Britannique, pas le minable remake), le vampire tape dans la banque de snag, mais il est infirmier. De plus (et surtout), ce régime ne sert pas à évacuer la question de sa consommation, puisqu’il continue à drainer des humains (il ne peut pas toujours s’en empêcher) et qu’il doit en supporter les conséquences.

    Hum? Je crois pourtant glisser quelques références littéraires (Lost Souls, Interview with the Vampire, Dracula, Twilight). Je m’en tiens aux œuvres influentes (oui, hélas, Twilight aussi).

    J’avais commencé à lire «Je suis une légende», mais je l’ai perdu dans l’autobus 🙁

    Tu me pardonneras de ne pas croire (pas une seconde) aux «vampires psychiques» dans la réalité.

    Spike exige un panier d’ailes de poulet dans Buffy, saison cinq, en échange de ses révélations sur la manière de tuer les Tueuses de vampires. Plus tard, après que le Bronx aie été détruit par un troll, on apprend que la cuisine n’a pas été reconstruite et Spike s’exclame «Pas d’ailes de poulet? C’était ma seule raison de venir ici». Ceci dit, je ne suis pas certain qu’on le voie en manger. Faut dire pour sa défense que Spike n’a rien du cliché «reluctant vampire» qui m’horripile tant.

    Je vais corriger pour Ann Rice.

  4. Philippe Roy dit :

    D’autre part (je vais diviser mes messages, c’est plus court), oui, je parle énormément de ma persperctive et de mes choix.

    Je n’ai aucune qualité d’encyclopédiste, ni ambition de ce côté. J’ai lancé ce blogue d’écrivain pour parler de mon expérience et pour m’aider à explorer. Ces billets me forcent à réfléchir et à me situer sur tout ce qui fait d’un vampire un vampire.

    D’autre part, mon blogue devenait fréquenté uniquement par des auteurs en mal d’édition qui viennent chercher des conseils. C’est très bien, c’était le but. Tout de même, je vais chercher à recentrer sur mon activité à moi et, pour le moment, je révise mon roman, qui est une histoire de vampires. J’ai quelques autres projets sur le feu, mais je n’en parlerai que quand ce sera officiel. Dans ce domaine, ça prend souvent du temps.

    En passant, merci beaucoup pour ta participation constante et pour tes opinions.

    Merci beaucoup en passant de tes commentaires, ils m’encouragent beaucoup à continuer.

  5. Gabrielle Syreeni dit :

    De rien Philippe. Ça me fait plaisir de t'aider, si tu y trouves des particules d'aide… 🙂

    Il faut bien commencer par là, avec des commentaires sur ton blogue. Il semble, pour le moment, que personne d'autres s'évertue à la tâche. Mais un jour, il y en aura plus. On commençons ainsi, et puis, plus tard, on termine par ce retrouver dans une trentaine de commentaires pour un seul billet (Fort hein? Je l'ai remarqué chez quelques collègues blogueurs de longue haleine)

    De ce fait, ton blogue ne manquerait-il pas de publicités? 😛

    Pour tes citations littéraires, j'ai les voie tellement souvent en version filmique qu'il m'arrive de ne plus les voir en version papier. Et j'avoue ne pas connaître Lost Soul. Je pensais que c'était un autre film, également.

    Pour les vampires psychiques, j'en ai connu et j'aurais préféré ne pas y avoir affaire. C'est une question de timing. Je ne te le souhaite pas.

    Pour le Bronx, je pensais que tu parlais d'un quartier de New York. J'ai plus souvent regardé Buffy en français qu'en anglais (Le Bronze, en français), alors il y a eu une petite erreur de ma part. Oups! Je sais que Spike fait mention de ces ailes de poulets quelque part d'autre. Comme anecdote. Mais je ne me rappelle plus où.

  6. Gabrielle Syreeni dit :

    Et puis, c'est normal que tu te perdes à ne plus trop savoir le sujet de ton blogue (ça m'arrive souvent), parce que tu te mets à écrire des billets sur des sujets qui te passionne, sans avoir un lien directe avec ton désir de devenir écrivain. Puis après, tu as envie de les partager.

    Soit que tu scindes ton blogue en deux. Un pour ton désir d'écrivain. Un pour ce qui te passionne, hors-contexte. Soit que tu rajustes le tir à un seul sujet. Pas facile quand on est passionné. J'ai choisi de couper, pour ma part. Parce que je trouvais que mêler sorties culturelles/critiques littéraires et réalité personnelle étaient trop disparates pour se retrouver à la même place.

    À la prochaine!!

  7. Philippe Roy dit :

    Ouch! Par «Bronx», je voulais dire «Bronze», le bar de Sunnydale.

    Pas encyclopédiste, tu vois.

    Pour l’instant, pas besoin de créer un nouveau blogue, la série sur la mise en page est probablement terminée.

  8. Maria dit :

    Les vampires mangent aussi des queues de rat grillées de l’huile fait à base de sang de moustique ext je connais toutes ces choses parce que moi je suis un vampire

Votre avis m’intéresse.