Le grand débrouillage

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. AlexFG dit :

    J'ai détecté un danger dans ta façon d'approcher les repères dans ce texte, et tu n'abordes pas une question fondamentale.

    L'exposition dans un roman est la source de longueurs la plus lancinante qui soir. Pour pallier à ce problème de tout auteur, il faut utiliser les repères comme levier qui propulse l'action, la tension ou les émotions chez les personnages.

    Exposition longue et ennuyante: "La petite maisonnette était délabré, 2 lits de camps d'un bleu délavé gisant à côté d'un foyer rempli de cendres, et dont la grille était rongée par la rouille".

    Voici comment on peut introduire les mêmes éléments en tenant le lecteur beaucoup plus en haleine: "Jules se dit que la petite maisonnette devait ne pas avoir été retouchée depuis sa demande en marriage il y a une trentaine d'année. Il déposa l'urne funéraire au-dessus du foyer rempli de cendre et se laissa tomber sur un lit de camp d'un bleu tellement délavé qu'il ne reconnut pas ce lit où Michel avait été conçu. Pour la première fois, Jules réalisa que son marriage avait maintenant formé un cercle complet. Il s'évanouit plutôt que s'endormir. Sa seule consolation fut que des cauchemars de cette nuit-là, il ne retint que le grinchement de la grille rouillée devant le foyer".

    Dans un roman qui vous fait aimer Jules, la deuxième "description" est beaucoup plus intéressante que la première, parce qu'ils ont une signification pour le personnage, et servent à relancer la tension chez le protagoniste.

  2. Philippe Roy dit :

    Ce que tu apportes est intéressant.

    Ce n’était pas le sujet de ce billet, qui pourrait être résumé ainsi: connaître ce qui n’est pas montré permets de mieux écrire ce qui l’est. Bref, que l’auteur a avantage à savoir ce qui se passe dans l’ombre, même si le lecteur ne peut que l’imaginer, et qu’un surcroît de travail sur les lieux et le temps apporte plus de plaisir pour le lecteur avec moins de travail pour lui.

    Et je pense que ton exemple illustre très bien ce propos. En travaillant sur la signification et l’histoire des lieux où se déroulent l’histoire, il est plus aisé (et plus naturel pour l’auteur) de décrire l’environnement comme tu le fais, en le mettant en relation avec Jules (que nous apprenons à connaître en même temps).

Votre avis m’intéresse.