Remake : gloire et bassesses

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Je ne suis pas d’accord à ce sujet. Il y a de bons remakes. Ok, ils sont rares, mais il y en existe. Comme Let me in. Je n’avais pas vu la version originale, alors, je n’avais rien sur lequel m’appuyé ou comparé, à la suite de mon visionnement.

    Avec coup, j’avais trouvé que cette version américaine était excellente, et je peux l’affirmer (ou confirmer) en tant que cinéphile plus qu’amateur (Voir critique à ce sujet dans le 29e numéro de Brins d’Éternité). Ok, Let me in copierait presque picturalement certaines scènes de la version première, mais en soi, c’est un film bien fait.

    • proy dit :

      Je t’ai déjà dit ce que je pensais de ce remake particulier: faux cheveux, fausses moustaches, fausse neige, faux extérieurs, et tout rendu inutilement évident, tout est trop expliqué. C’est pour beaucoup une question de goût, mais je te suggère la version originale. Tu verras: on s’y croirait. Quand il neige, on gèle, quand quelqu’un meurt, on a mal. La différence entre un bon film et un excellent.

      Je en doute pas cependant qu’il puisse y avoir de bons remakes. Tout de même, beaucoup de ratages et quelques sacrilèges pour de rares réussites. S’il y en a.

      Est-ce que «Inglorious Basterds» est un remake?

  2. J’y pense, j’ai apprise également, en cours de cinéma, qu’il existait en fait deux sortes de reprises cinématographiques. Les remakes et les « reprises » en tant que telle.

    Les remakes sont une reprise des esthétiques d’un film d’une certaine époque au goût du jour. Comme les Batman de Christopher Nolan, les Chaos of Titan, les Psycho…

    Tandis que les « reprises » sont un désir de reprendre un concept et de le mettre à la sauce d’une nation. Par exemple, l’émission québécoise Un gars, une fille a été reprise un grand nombre de fois à la travers le monde, notamment en France, avec M. Jean Dujardins pour jouer le gars. Les reprises sont là également – surtout avec les américains – pour qu’une clientèle ne soit pas obligé de constamment lire les sous-titres d’un film afin de bien comprendre celui-ci. La pays en conçoit un autre, dans sa langue.

    • proy dit :

      Je ne dirais pas que les Batman de Nollan sont des remakes (ça casserait d’ailleurs tout mon argumentaire). Leur histoire n’a jamais été racontée dans un autre film, ils sont adaptés des bandes dessinées (et fort adroitement).

      Je reste certain que l’intention derrière un remake handicape l’œuvre de manière fondamentale, et Nolan l’illustre bien. Sa formule est relativement simple: bonne histoire, bons acteurs. On sent que ces deux aspects sont très fouillés, rien ne cloche, les personnages sont crédibles (ce qui est difficile avec un truc improbable comme Batman). Les effets spéciaux et la musique tonitruante viennent après. C’est plus clair dans les autres œuvres de Nolan, en particulier Memento, où les effets spéciaux étaient encore passablement limités, ou quand on le compare aux autres films à grands déploiement mais au scénario bancal.

      Surtout, Nolan me donne ce que j’aime le plus: de la nouveauté. Chacun de ses films est une expérience unique, un territoire jamais exploré. Memento, le Prestige, Inception et même ses deux Batman.

Votre avis m’intéresse.