Une nouvelle couverture pour «Le jour, ou plutôt la nuit…»

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Effectivement, elle est bien mieux ainsi.

    Je connais quelques couvertures qui ne comportent pas de personnages qui sont lus et se vendent bien. Ex. celle du roman « The fault in ours stars ». (Je sais, c’est un roman réaliste et Jeune Adulte, qui décale complètement des sujets se trouvant ici). La couverture est d’un bleu fluorescent, avec le titre écrit en gros, au centre, et le nom de l’auteur, en bas… Et à part l’exemplaire que j’avais emprunté, je le vois de temps à autre (c’est la seule couverture à ma connaissance qui est comme ça) dans le métro. Je trouve le concept intelligent et fort, pour dire non aux autres types de couvertures auxquelles les lecteurs sont habitués, au risque de passé incognito. Ce qui n’est pas arrivé.

    • proy dit :

      Il y a toutes sortes de considérations à propos des couvertures de livres et de la mise en marché. Publicité, critiques littéraires, placement en librairie… À New York, il y a même des agences de communications qui envoient des gens acheter les livres en librairie pour placer artificiellement tel ou tel titre sur les listes de bestseller.

      En ce qui concerne les titre très autoédités comme celui-ci, c’est que la couverture est le seul et unique moyen d’atteindre l’acheteur potentiel.

Votre avis m’intéresse.